Bâtiment : quels sont les équipements nécessaires pour sécuriser les chantiers ?

Pour assurer la sécurité sur les chantiers de construction, la législation en vigueur prescrit d’aborder l’identification des risques professionnels présents pour les travailleurs et l’adoption d’une série de mesures de protection, tant individuelles que collectives pour les éliminer ou les réduire. Lesquels ? 

Équipements de protection collective

Les EPC sont ces systèmes qui interviennent directement sur la source du danger et limitent le risque d’exposition de tous les travailleurs et pas seulement de l’individu. L’employeur, lors de la réalisation de l’évaluation des risques, ne doit donc proposer le recours à un ÉPI spécifique que si les risques ne peuvent pas être éliminés, ou suffisamment réduits, par des moyens de protection collective.

Parmi les systèmes de protection contre les chutes pour les bords libres des planchers, il y a prokit,un garde-corps en acier rapide à monter et doté de montants autobloquants. Un autre exemple est BARRIAL de Riwega, un système modulaire qui empêche les chutes d’en haut et répond à toutes les exigences techniques des toits plats non accessibles au public.

Parmi les systèmes de protection périmétrique, il y a xbright, un système autogrimpant qui vous permet de travailler sur site dans des conditions sûres, ainsi que de vous protéger contre les agents atmosphériques. Pour plus d’infos, cliquez sur conseil-formation-securite.com

Les équipements de protections individuels

ÉPI désigne toute protection individuelle destinée à être portée et conservée par le travailleur afin de le protéger contre un ou plusieurs risques susceptibles de menacer la santé et la sécurité au travail. Afin de se conformer à la loi, les ÉPIs doivent être en possession du marquage CE et d’instructions d’utilisation claires et compréhensibles.

Parmi les dispositifs antichute individuelle, il y a le harnais antichute avec point d’ancrage dorsal et sternal équipé d’un mousqueton à rotation et verrouillage, d’une boucle d’extension dorsale et d’un support pour téléphone portable. Un autre exemple est climblatch qui permet à l’opérateur de se déplacer en toute sécurité sur des surfaces inclinées grâce au mécanisme d’arrêt qui les empêche de tomber.

Pour la prévention des chutes accidentelles, il existe également KEELINE, un système comprend ici un câble en acier inoxydable de 8 mm de diamètre pour garantir souplesse et protection continue jusqu’à 3 utilisateurs travaillant en hauteur. Un autre exemple est l’ABS, un dispositif de sécurité guidé avec réglage de la longueur, ruban antichute et absorbeur de chute intégré.

Parmi les respirateurs pour le soudage se trouve le Beta 90 Freshair offre ici une meilleure protection pour le visage, les yeux et les poumons assurant une souplesse et un confort de réglage maximum, tandis que la lentille réglable à trois positions rend les opérations de soudage, de pointage et de meulage simples et sûres.

Les vêtements

Les vêtements d’accident vous permettent de protéger les différentes parties du corps affectées par les risques d’un processus spécifique. Pour protéger la tête, en cas de chute d’objets d’en haut, des casques ou des casques sont utilisés ; ils sont généralement utilisés pour des travaux sous ou à proximité d’échafaudages et de postes de travail aériens, pour le montage et le démontage d’armatures et l’installation d’échafaudages, la démolition, les travaux dans des fossés, des tranchées ou des puits, etc.

Pour la protection des yeux, des lunettes de protection spéciales doivent être utilisés, voici une variante selon le travail effectué. Les risques pour les yeux sont dus aux corps étrangers ou aux blessures subies lors de travaux tels que le burinage, le découpage, le meulage, le soudage, la démolition, le plâtre, le sablage, la manipulation de produits acides et alcalins ; toutes les opérations au cours pouvant vous permettre d’être atteint aux yeux par des poussières, des éclats, des éclaboussures.

Pour la protection des mains, il est nécessaire d’être équipé de gants de protection qui, selon le traitement, peuvent être à haute résistance mécanique, résistants à la chaleur, ininflammables, antivibrations, etc.

Quels sont les différents types de risques professionnels ?
L’automatisation des machines industrielles : avantages